réouverture de st Pierre st Paul: l’homélie

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 21, 28-32)

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? »
Ils lui répondent : « Le premier. »

Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.
Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

 

HOMELIE

Nous sommes, frères et soeurs, dans l’action de grâce, dans la joie d’être à nouveau rassemblés pour lancer l’année pastorale. Nous sommes dans l’action de grâce et dans une joie immense de nous réapproprier l’église Saint Pierre-Saint Paul, si chère aux paroissiens de Saint Augustin, ainsi qu’aux lillois et lilloises.

Ensemble nous venons d’écouter la Parole de Dieu et nous sommes invités à l’accueillir et la laisser résonner en nous, la méditer, la contempler et la prier. Parole de Dieu que l’Eglise nous offre tel un cadeau, en ce 26e dimanche ordinaire. Nous entendons l’appel d’aller travailler à la vigne du seigneur, dans la parabole des deux fils. L’un refuse l’invitation, puis se ravise; l’autre accepte mais change d’avis. Jésus nous demande de travailler à sa vigne.

Parfois il nous arrive d’être le fils qui refuse puis se ravise, et à d’autre moments nous disons oui mais nous changeons d’avis. Reste que l’invitation du Seigneur de travailler à sa vigne est permanente.

Cet appel est étroitement lié à notre baptême. Nous faisons partie de son peuple et à ce titre nous sommes invités à participer au ministère du Christ, chacun, quelque soit notre état de vie. Nous sommes membres du Christ, prête, prophète et roi. Ainsi, travailler à la vigne du seigneur, c’est réussir chaque personne, réussir ce monde, réussir la fraternité.

On entend souvent des reproches vis-à-vis de certains, sur l’écart entre leurs paroles et leurs actes, les promesses verbales et leur mise en oeuvre. Cet Evangile nous invite , chacun et ensemble à la cohérence entre nos paroles et nos actes. Nous savons tous que dans nos vies, ce n’est jamais aussi radical et Saint Paul le disait lui-même: « le bien que je voudrai faire je ne parviens pas à l’accomplir, et le mal que je voudrai éviter, je le fais ». Mais pour comprendre les exigences de l’Evangile, il nous faut simplement nous tourner vers le Christ et le contempler.

Aujourd’hui le Christ s’adresse à chacun de nous: « lequel des deux à fait la volonté du Père?  » Nous sommes renvoyés à nous mêmes. Frères et soeurs, une visite à un malade compte plus qu’un discours sur la maladie, un pardon donné a plus de poids qu’une dissertation sur la paix…

En ce jour où nous entendons cet appel « mon fils va travailler aujourd’hui à ma vigne « , cette vigne qu’est le Royaume de Dieu, Royaume d’amour, de justice et de paix. Réussir chaque personne, réussir ce monde, réussir la fraternité… En célébrant cette eucharistie nous sommes convoqués par le Christ pour être envoyés dans le monde y être des messagers de l’Evangile. Et que la lettre pastorale de notre Evêque « Serviteurs joyeux et créatifs de la mission de l’Eglise » nous accompagne tout au long de cette année pastorale et nous fasse produire de beaux fruits. Avec d’abord une priorité: les plus lointains. Pour qui l’Evangile est fait, comme il est fait pour nous.

C’est à notre amour que nous serons reconnus comme disciples du Christ.

Amen

P. Pierre Samain