LA MARGELLE

La margelle est ce lieu au bord d’un puits, où l’on s’assied pour parler aux autres personnes venues chercher de l’eau.C’est là aussi que des personnes qui ont soif ou qui voudraient trouver de quoi se rafraîchir, s’assoient. Donner ce nom à un lieu de rencontre créé dans une salle paroissiale donne une idée de la volonté de rencontre, de parole, d’entraide que les acteurs de ce projet veulent porter.Plusieurs meubles en forme de bancs, de coffres et de panneaux d’affichages ont déjà été produits par plusieurs bénévoles, à partir de bois de récupération de palettes. Quelques petits groupes utilisent déjà le local pour des répétitions de spectacles. Après quelques aménagements supplémentaires, l’activité démarrera vraiment « à la rentrée ». Avec vos idées aussi et peut- être votre participation ! Ce lieu est à tous et ne pourra éclore que si les uns et les autres y prennent part.

Joseph, pour l’équipe de la Margelle

La Margelle est, avant tout, la réponse à un appel adressé à tous croyants. Appel à sortir des murs de nos églises, de notre entre-soi, pour aller à la rencontre de nos frères.

Dans la Parole de Dieu apparaît constamment ce dynamisme de “la sortie” que Dieu veut provoquer chez les croyants. Abraham accepta l’appel à partir vers une terre nouvelle (cf. Gn 12,1-3). Moïse écouta l’appel de Dieu : « Va, je t’envoie » (Ex 3,10) et fit sortir le peuple vers la terre promise (cf. Ex 3, 17). À Jérémie il dit : « Vers tous ceux à qui je t’enverrai, tu iras» (Jr 1, 7). Aujourd’hui, dans cet “ allez ” de Jésus, sont présents les scénarios et les défis toujours nouveaux de la mission évangélisatrice de l’Église, et nous sommes tous appelés à cette nouvelle “sortie” missionnaire. Tout chrétien et toute communauté discernera quel est le chemin que le Seigneur demande, mais nous sommes tous invités à accepter cet appel : sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile. (Pape François  ’Evangelii gaudium’)

La salle paroissiale de Saint Pierre Saint Paul, idéalement située, entre le marché de Wazemmes et le métro Gambetta, s’ouvre sur le passage du marché, petite rue piétonne et ombragée. Entourée de bars, de commerces et surtout du marché, elle voit passer une foule nombreuse et variée : diversité d’âges, d’origines, de classes sociales, de religions… Il n’en fallut pas plus pour qu’au sein de l’Équipe Missionnaire germe l’idée d’en faire un lieu ouvert, où paroissiens et habitants se croiseraient pour y vivre des projets communs : un Tiers-Lieu.

Assez vite, une équipe de pilotage, composée de membres de l’EAP et de la Fraternité Diocésaine des Parvis (également paroissiens) s’est mise au travail. Sa première mission fut de donner à ce lieu, le joli nom de La Margelle.

Margelle : Rebord d’un puits, d’une fontaine, d’une piscine… Lieu où l’on se pose pour se désaltérer, se rafraîchir, on y retrouve les amis, les voisins… tout simplement. Étymologie : Diminutif de margo : marge. Un lieu où ceux qui sont, ou se sentent à la marge pourraient trouver leur place.

C’est aussi un clin d’œil à la fontaine en mosaïque, et à sa margelle  qui se trouve Passage du Marché, juste en face de la salle.

Pour nous chrétiens, c’est un nom à forte résonance. Il y a de nombreux puits dans la Bible, symboles de vie et de fécondité. Dans l’Évangile de Jean, Jésus, fatigué, s’assoie sur la margelle d’un puits, c’est là qu’Il rencontre la Samaritaine. Il a soif et lui demande à boire. Non seulement elle est une femme, mais aussi païenne, étrangère et la suite du texte nous apprendra qu’elle est de petite vertu. Lui qui donne l’eau vive, source jaillissante en vie éternelle ne feint pas la soif. Il a vraiment besoin de boire, Il est vraiment fatigué. Il a soif également de la rencontrer, elle.

Disciples du Christ, nous avons soif de comprendre le monde qui nous entoure, de rencontrer ceux qui n’entrent pas dans nos églises, de goûter à ce qui les fait vivre, de rejoindre ceux qui semblent loin.  Porteurs d’une source jaillissante en vie éternelle nous voulons être des témoins joyeux d’un amour qui nous dépasse. ‘Être posés à un carrefour de vie prêts à aimer qui passe‘ (Madeleine Delbrêl).

Concrètement, nous voulons que la Margelle soit un lieu où tous ceux qui le souhaitent pourront proposer des expos, des ateliers, de la convivialité, de la poésie, des lectures, des fêtes, des débats…. Un lieu-carrefour où associations, habitants, paroissiens pourront se rencontrer et inventer ensemble cet espace nouveau.

Vous avez des envies, des suggestions, un projet, n’hésitez pas à nous contacter

lamargelle.lille@gmail.com