Catéchèse enfants et adultes

CATECHESE DES ENFANTS

Sur la paroisse St Augustin, nous avons deux lieux de KT, un à l’école site Thérèse rue Gambetta avec Cindy et sœur Mado il y a 17 enfants dont 8 feront la première des communions en juin, parmi ces 8 une sera baptisée en mai.
L’autre lieu est l’école St Vincent de  Paul, avec Paule aurore et moi, nous avons 9 enfants dont 4 feront la première des communions en juin et parmi ces 4, 3 seront baptisés en mai.

Le KT se fait tous les 15 jours de 16h30 à 18h à l’école sainte Thérèse le mardi et le jeudi à l’école St Vincent

ATTENTION : la fréquence et le lieu de rencontre de KT changent à la rentrée de septembre 2020

INSCRIPTIONS POUR 2020

LES MERCREDI 2, 9 et 16 SEPTEMBRE à 11 heures à la maison St Vincent, rue du Fontenoy

LES SAMEDI 5, 12 et 19 SEPTEMBRE à 11 heures, à la maison paroissiale 23 rue du marché

 

Pour plus d’informations :

DELEBASSEE Monique
lesdelebassee@free.fr
06 52 62 98 49

 

Malcolm, 10 ans : «Je veux faire une fête»

 Malcolm, 10 ans, servant d’autel, se prépare au baptême – dans le groupe de préparation animé par sœur Mado et une paroissienne – ainsi qu’à la première communion.

Pourquoi as-tu demandé à être baptisé ? Au départ, quand j’étais pas trop chrétien, je voulais le faire juste pour manger une hostie. Après, je me suis dit que je pourrais être un des fils de Dieu.

 Alors, tu as envie de communier, pourquoi ? Parce que quand le prêtre montre l’hostie entière et qu’il la coupe de ses mains, pour moi, ça a une immense valeur. C’est tout.

 Qu’est-ce que tu aimes dans la préparation ? Quand on fait les prières, celles que je ne connais pas. Quand je les apprises et qu’on les répète à la messe, je les chante.

Tu recevras le sacrement du baptême en juin. Ce sera la fête ? Je veux faire une fête, je veux inviter des personnes de ma famille qui ne sont pas forcément dans le Nord. Je veux que ça se passe dans une grande salle et que tout le monde soit heureux.

Propos recueillis par Anne-Clotilde Prévost (Interview issu de  PARTAGES n°142 / mars 2020)

 

__________

 

CATECUMENAT (CATECHESE DES JEUNES ET ADULTES)

« Être baptisé, c’est possible à tout âge ! »

Le catéchuménat des adultes est un chemin proposé par l’Église à toute personne qui cherche Dieu et désire devenir chrétien en se préparant aux sacrements de l’Initiation : baptême, confirmation, eucharistie. Tout au long de cette préparation une équipe paroissiale vous accompagne.

Durant ce temps de catéchuménat on découvre et on approfondit l’enseignement de Jésus, la relation à Dieu dans la prière et la vie en Église.

Nous avons eu la joie d’accompagner à leur baptême en Juin 2020: Anne, Cédy et sa fille Gabrielle, Céliz, ainsi que Larissa jeune fille d’origine togolaise

 

Pour plus d’informations :
LARBOT Myriam 
06 50 34 69 28

 

« La demande de baptême d’un adulte est d’abord pour moi un don que Dieu fait à son Église. Nous ne sommes pas à l’origine de cette démarche. C’est une grâce que Dieu a semée dans le cœur du catéchumène et dont nous devons prendre soin et aider à faire grandir. Nous sommes de simples témoins chrétiens prêts à s’aider mutuellement et à découvrir ensemble l’immense amour et la miséricorde du Père pour chacun d’entre nous.

À chaque rencontre nous abordons des thèmes différents comme le sens évangélique  de la lumière ou de l’eau, des symboles forts dans cérémonie du baptême. Parfois, certains catéchumènes décident de ne pas poursuivre leur cheminement ou le reportent à cause des circonstances de la vie. Dieu respecte infini- ment la volonté de chacun et le cheminement du catéchumène ne nous appartient pas. Enfin, j’ajouterai que le baptême n’est pas une fin en soi. En tant que paroissiens nous avons tous la responsabilité d’accueillir ces nouveaux baptisés, de les aider à s’intégrer dans la vie paroissiale pour qu’ils deviennent à leur tour des disciples. Vous faites partie d’un groupe de prière ou de partage de la Parole ? Ayez l’audace de leur proposer de venir assister à une de vos rencontres, car ils sont comme des nouveau-nés qui découvrent leur maison commune !»

Témoignage de Robin Fisher, chargé de l’accompagnement des catéchumènes.

 

Florence : «Ça, il faut le vivre !»

 «Voilà, une nouvelle vie commence… pour moi, Aretha et Amaya, qui va naître…» Florence a été baptisée avec sa fille aînée, Aretha, à Pâques, le 21 avril 2019.

 

Pourquoi avoir demandé le baptême ?

Florence. Petite, j’ai fait mon catéchisme et devais être baptisée, mais le prêtre a refusé parce que ma mère ne l’était pas. Ma foi est toujours restée là… Quand j’al- lais à l’église, je me sentais différente, je ne me sentais pas comme appartenant à la famille. Il y a trois ans, pensant «je veux vraiment faire mon baptême», j’ai commencé mon cheminement avec Robin, accompagnateur que j’ai rencontré une fois par mois. Je posais des questions et il essayait de m’éclairer. J’ai ressenti une ouverture, on peut sortir ses appréhensions, ses doutes, on sent qu’on sera écouté, l’autre va essayer de nous donner une réponse. Chacun a un rapport bien particulier avec Dieu.

 Quand t’es-tu sentie prête ?

Ça vient de soi, tu décides que tu vas faire ton entrée dans l’Église. Il y a eu un mo- ment très intense pour moi: l’appel décisif, le 11 février. C’était à l’église Saint-Martin à Croix, avec tous les catéchumènes du doyenné. J’ai pleuré à chaudes larmes, des larmes de joie. J’ai été comme transportée. On nous appelle un par un, on se présente devant l’archevêque et on doit dire: «Me voici», il faut la sortir cette phrase-là !

 Comment s’est passé le « grand jour» ?

Je me disais «voilà, j’y suis arrivée». Pour- tant, on est rempli de doute: est-ce que je suis digne, capable de prendre cet engagement ? Ça a une autre dimension de faire son baptême à l’âge adulte, on prend conscience de l’engagement que ça demande, la dimension est forte. J’ai eu l’impression ce jour-là, qu’«on» ( Jésus Christ) me portait, qu’on m’enlevait tout le poids que j’avais sur les épaules. Le jour du baptême, ça a été l’apothéose, c’était la renaissance : voilà, maintenant, je fais partie de cette belle et grande famille! Je me suis sentie encore plus proche du Christ. Communier ce jour-là, c’est extraordinaire. Je me suis sentie toute petite comme un enfant qu’on prend par la main contre soi et à qui on dit c’est bon, c’est terminé, tu repars, c’est une nouvelle vie. J’ai eu un sentiment de paix et de sérénité, ça n’a pas de prix. Le Christ est venu, il n’y a que lui. Et ça, il faut le vivre, je souhaite aux autres de le vivre.

Propos recueillis par Anne-Clotilde Prévost (Interview issu de  PARTAGES n°142 / mars 2020)

Galerie photos